QUE FAIT LE STRESS DANS NOTRE CERVEAU ?

Le stress bloque la réflexion et déclenche une sorte d’état d’urgence dans le cerveau. Sa régulation est pilotée par le système nerveux végétatif. Il est comparable à un système de défense en cas d’urgence.

Sous stress, l’énergie se concentre dans la région située à l’arrière de notre tronc cérébral, la partie de notre cerveau qui gère les réflexes. Le néocortex (centre de la réflexion) est littéralement déconnecté afin de permettre à notre organisme de fournir à notre corps un maximum d’oxygène, d’irrigation sanguine et d’énergie, et empêche ainsi le bon flux des informations. Dans des situations de stress que nous percevons comme des menaces se déroulent rapidement des processus physiques et psychologiques hors de notre domaine d’influence. Ces comportements font partie de notre héritage génétique. Lorsque nos ancêtres, lors de la chasse, se trouvaient face à un animal sauvage, ils n’avaient pas le temps de réfléchir. Trois stratégies de survie se présentaient à eux : combattre, fuir ou faire le mort. Toutes leurs forces étaient alors concentrées dans les parties du corps servant à leur défense ou à la fuite. Même pour notre cerveau « moderne », une situation de stress signale toujours : « Attention, danger ! » C’est pourquoi – à l’époque comme aujourd’hui – l’homme est capable, dans ces situations, de performances physiques. Mais, pour les situations de stress modernes, fuir ou combattre ne sont plus des réactions adaptées. Car à quoi nous sert une performance physique dans une telle situation ? Cependant, nos capacités mentales telles que la réflexion posée, le langage, voire la communication orale et une action ciblée que nous devrions employer sont de toute évidence bloquées.

Pour conclure, on peut dire : le stress bloque le flux d’informations dans le cerveau et empêche ainsi le libre accès à toutes nos régions cérébrales. Dans notre monde actuel, cela signifie que nos capacités intellectuelles sont bloquées juste au moment où nous en aurions le plus besoin.

« Notre perception détermine notre comportement »

Ludwig Koneberg/Silke Gramer-Rottler

Réflexe Aspect chez l’homme moderne
Combattre Être agressif, perdre patience, hausser la voix
Fuir Traîner, rêvasser, trouver des excuses
Faire le mort Se résigner, abandonner

 

« Les blocages dans la réflexion peuvent être mis en évidence par le mouvement et sont dissolubles à l’aide de ce dernier »

Ludwig Koneberg/Silke Gramer Rottler

Les récentes recherches en neurologie le confirment : la plupart des problèmes d’apprentissage et de comportement sont attribuables à des blocages se traduisant par un manque de connexions neurologiques en situation de stress. Quelques caractéristiques de blocage :

 

Caractéristiques d’un blocage droite-gauche :

  • difficulté à distinguer la droite et la gauche ;
  • inversion des lettres d et b ou d et p et q ;
  • lecture lente ;
  • erreurs dans la recopie d’un texte ;
  • problèmes d’écriture/ inclinaison de la feuille/ main incurvée pour écrire.

 

 

 

 

 

Caractéristiques d’un blocage haut-bas :

  • lourd, peu flexible ;
  • lent ;
  • difficulté à suivre un raisonnement ;
  • problèmes d’organisation ;
  • discute tout ;
  • joue les adultes.

 

Caractéristiques d’un blocage avant-arrière :

  • trop près (tendu, les yeux fixent un point) ;
  • trop loin (regard perdu, rêveur) ;
  • hyper- ou hypoactivité ;
  • sans réaction ou réaction inadaptée.